PAS DE GEANT – Saint Raphaël ( 83 ) – 3/08/18

Chargement Événements
  • Cet événement est passé

Distribution:

Manu Théron: Chant, tambour sur cadre, direction artistique
Guillaume Maupin: Chant
Damien Toumi: Chant, tambours sur cadre
Thomas Georget: Chant
Geoffroy Dudouit: Chant

Sur les traces des géants (dins lei piadas dei gigants) est une suite de poèmes empruntés à divers recueils de Roland Pécout, poète marcheur et dériveur du renouveau occitan, dont l’oeuvre est caractérisée par ses liens avec la beat generation et les mondes poétiques des années 60 et 70. Mais plutôt que de rebattre une voie suffisamment explorée, c’est à une découverte généalogique que nous invite cette suite, où des poètes précurseurs et Pécout racontent la force autant que la nécessité de leur attachement aux cultures populaires.

La densité archaïque et chatoyante d’une tradition, l’horizontalité du récit mythique, la puissance contrastée de l’imagerie ou les démonstrations sereines d’une humanité généreuse et
unie hantent leurs univers respectifs, de façons parfois inattendues : Ainsi Ginsberg va puiser aux coutumes des native americans pour redéfinir une posture de responsabilité vis-à-vis de la de la Nature et de notre nature ; Pasolini s’enivre d’un jeu de désirs inavouables, dans une fête populaire, et part assouvir sa soif d’amour avec un peuple envisagé dans son essence ; Kérouac, lui, attend comme une révélation de connaître sa destination tandis que Hafiz s’ancre à l’ivresse pour mieux s’échapper dans la langueur d’un voyage intérieur ; pour le Rimbaud des Illuminations, le voyage de l’homme européen est l’argument autant que le lieu d’un saccage …

Confronter ces textes à la polyphonie populaire, c’est aussi redonner à l’oralité la place que leurs auteurs semblent lui reconnaître, et renouer ce lien qui, dans des temps pas si reculés, faisait se conjuguer dans un même lyrisme la muse des aèdes et le « joi » des troubadours. Le chant y est exalté tant par l’invention poétique (et l’imaginaire dévoilé) que par la neutralité rugueuse du geste polyphonique. Parfois timbrées alla sarda, parfois dans les sinuosités du chant orthodoxe, souvent aussi dans la fièvre que l’inspiration méditerranéenne attise, les voix portent littéralement le texte aux nues et les chanteurs peuvent laisser s’écouler comme un flux inaltérable le discours poétique. Son caractère énigmatique, renforcé par un jeu appuyé sur les silences et les intervalles inhabituels que la variété des modes de versification suscite, déroute délibérément
l’auditeur.

 

août 03 2018

Details

Date: août 3
Time: 21 h 30 min - 22 h 30 min
Cost: Gratuit
Événement Categories:
Website: Visiter le site de l'événement

Venue

Jardin de Bonaparte

Saint-Raphaël, 83700 France

+ Google Map

Organisateur

Mairie de St-raphaël